La situation gravissime des prisonniers politiques palestiniens

Publié le 11 Mai 2012

La situation des prisonniers en grève de la faim devient gravissime.  La Cour suprême d'Israël a rejeté lundi l'appel de deux détenus palestiniens en grève de la faim depuis 69 jours contre leur maintien en détention administrative, selon des sources concordantes. Les appels de Thaër Halahla, 34 ans, et Bilal Diab, 27 ans, en grève de la faim depuis le 29 février, ont été rejetés, a annoncé à l'AFP leur avocat Jamil al-Khaldi.

.

Israël va-t-il les laisser mourir comme l’avait fait Margaret Thatcher pour Boby Sands  et les résistants irlandais  ?

Les chefs de mission de l’UE en poste à Jérusalem ont adressé une lettre aux députés pour leur demander d’intervenir auprès de l’ambassade d’Israël et du Ministère de affaires étrangères. Il dénoncent le régime de détention administrative sans charges. Ils demandent à Israël de leur permettre « d’accéder à toute l’assistance médicale qui leur est nécessaire et de recevoir la visite de leurs familles ».

 

Ci-dessous l'appel de la Mission de Palestine en France et une pétition.

 

Merci à vous de relayer cet appel Urgent auprès de vos élus. Toutes les interventions des élus auprès de l’Ambassade d’Israël  et du Ministère des Affaires étrangères sont nécessaires !  

Des adresses

Ambassade d’Israël en France 
3 rue Rabelais - 75008 Paris
 

Email: information@paris.mfa.gov.il

M. Yossi GAL (Ambassadeur d’Israël en France) : amb-sec2@paris.mfa.gov.il

M. Daniel HALEVY-GOETSCHEL (Affaires politiques) Political-sec@paris.mfa.gov.il 

Ministère de affaires étrangères  : 
Monsieur Alain Juppé - Ministre d’État Ministre des Affaires étrangères 
37, quai d’Orsay - 75007 Paris 
mail : Nicolas.KASSIANIDES@diplomatie.gouv.fr

Ambassade pour les droits de l’homme 
Monsieur l’Ambassadeur pour les droits de l’homme 
Monsieur François Zimeray - Ambassadeur pour les droits de l’homme 
37, quai d’Orsay 75007 Paris 
mail : francois.zimeray@ diplomatie.gouv.fr

 

 

 

SAUVER LES PRISONNIERS !
COMMUNIQUE DE LA MISSION DE PALESTINE EN FRANCE

 

Au nom de l’OLP, de l’Autorité palestinienne, de la totalité des organisations et forces politiques, ainsi que de la société civile palestiniennes, la Mission de Palestine en France et la délégation de la Palestine à l’UNESCO adressent un appel urgent à l’opinion publique française et internationale, parallèlement aux démarches déjà entreprises auprès des Etats et des institutions internationales pour qu’une action décisive soit engagée en faveur des 4637 palestiniens emprisonnés dans les geôles et les camps de détention israéliens, et tout d’abord pour les 1550 d’entres eux qui viennent d’entrer dans leur troisième semaine de grève de la faim. Plusieurs parmi eux sont déjà dans des conditions physiques dramatiques et ont été transférés de force en milieu hospitalier. Le reste des prisonniers a annoncé son intention de se joindre au mouvement si les revendications des grévistes ne sont pas satisfaites, et laisser se dérouler une tragédie de masse de cette envergure est un crime dont la responsabilité rejaillirait directement sur l’ensemble de la communauté internationale.

Les grévistes, parmi lesquels 183 n’ont pas 18 ans, et 24 ont moins de seize ans, et parmi lesquels on compte six femmes, protestent contre les conditions de détention et les méthodes utilisées au cours des interrogatoires, contre les procédures punitives et les sévices infligés aux détenus, pour l’accès aux soins et aux traitements médicaux, pour le droit de recevoir des visites, etc.

320 parmi eux sont en détention dite administrative : emprisonnés pour des périodes renouvelables à volonté, sans procès ni charges, sur simple recommandation des services de sécurité. Ce sont, littéralement des otages, dont la détention même est illégale. Mais la détention des autres catégories de prisonniers n’est guère plus conforme au droit. La majorité des prisonniers sont des civils illégalement kidnappés et transférés, en violation flagrante des conventions internationales, sur le territoire de la puissance occupante, et même ceux d’entre eux qui ont été condamnés par des tribunaux militaires l’ont souvent été pour des faits qui ressortent de la liberté d’opinion et d’association. Aussi, réclament-ils, comme nous, leur libération pure et simple.

La libération des prisonniers est toujours l’Acte Premier des armistices et des négociations de paix. Le refus israélien d’y procéder est un mauvais signe, et manifeste la persistance d’une politique conçue pour bloquer toute avancée vers la reprise du processus de paix.

Aujourd’hui, cependant, c’est l’urgence humanitaire qui domine. Il faut exercer des pressions immédiates – à travers nos institutions et nos gouvernements – sur le gouvernement israélien, pour mettre un terme au drame qui se déroule littéralement sous nos yeux et permettre un accord qui évitera le pire.

Le 7 mai 2012

 

 

Le Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens appelle

 

Solidarité avec les prisonniers politiques palestiniens en grève de la faim : il y a urgence !

Depuis le 17 avril, 2000 prisonniers politiques palestiniens mènent une grève de la faim. Tout comme plus de 800 000 palestiniens qui ont connu les prisons israéliennes depuis 1967, le seul tort  de ces prisonniers est d'avoir résisté à l'oppression et d'avoir agi pour l'application de leurs droits nationaux.

 

Certains prisonniers sont en grève de la faim depuis le 1er mars et arrivent à un seuil critique pour leur survie même. Ce mouvement, très massif et revendiquant les droits humains les plus élémentaires, dévoile la gravité des atteintes aux droits de l’homme dans ces prisons et l’exaspération d’hommes et de femmes quotidiennement humiliés.

 

Nous soutenons leurs exigences :

 

  • la fin du régime de détention administrative qui permet de maintenir un détenu indéfiniment en prison sans que lui soit notifiée la moindre charge

  • une modification de leurs conditions d’enfermement (fin des mesures d’isolement, des mauvais traitements, des humiliations à l’encontre des visiteurs, de l’interdiction des visites pour les familles de Gaza…).

 

Nous affirmons notre solidarité avec ces prisonniers en grève de la faim, et exigeons que les autorités israéliennes abandonnent leurs pratiques qui violent les droits de l'Homme les plus élémentaires.

 

Signataires :Agir Contre le Colonialisme Aujourd’hui (ACCA) - Alliance for Freedom and Dignity (AFD) - Alternative Libertaire (AL) - Américains contre la guerre (AAW) - Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF) - Association des Tunisiens en France (ATF) - Association France Palestine Solidarité (AFPS) - Association Nationale des Elus Communistes et Républicains (ANECR) - Association pour la Taxation des Transactions et pour l’Aide aux Citoyens (ATTAC) - Association pour les Jumelages entre les camps de réfugiés Palestiniens et les villes Françaises (AJPF) - Association Républicaine des Anciens Combattants (ARAC) - Association Universitaire pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP) - Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien (CCIPPP) - Cedetim / IPAM - Collectif des Musulmans de France (CMF) - Collectif Faty Koumba : association des libertés, droits de l’Homme et non-violence – Collectif interuniversitaire pour la coopération avec les Universités Palestiniennes (CICUP)- Collectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Paix (CJACP) - Collectif Paix Palestine Israël (CPPI Saint-Denis) - Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient (CVPR PO) - Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient du 5earrt (CJPP5) - Confédération Générale du Travail (CGT) - Confédération paysanne - Droit-Solidarité - Europe-Ecologie / les Verts (EE-LV) - Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) - Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique (FASE) - Fédération Syndicale Unitaire (FSU) -- Gauche Unitaire (GU) – Génération Palestine - La Courneuve-Palestine - - Le Mouvement de la Paix - Les Alternatifs - Les Femmes en noir - Ligue des Droits de l’Homme (LDH) - Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté, section française de la Women’s International League for Peace and Liberty (WILPF) (LIFPL) - Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) - Mouvement Jeunes Communistes de France (MJCF) - Mouvement Politique d’Education populaire (M’PEP) - Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) - Organisation de Femmes Egalité - Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF) - Parti Communiste Français (PCF) - Parti de Gauche (PG) - Participation et Spiritualité Musulmanes (PSM) - Une Autre Voix Juive (UAVJ) - Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens (UTIT) - Union Générale des Etudiants de Palestine (GUPS-France) - Union Juive Française pour la Paix (UJFP) – Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) - Union syndicale Solidaires

 

 

Nom et prénom

Adresse et/ou lieu de vote

Signature

Email ou téléphone (facultatif)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par Association Solidarité Forez Palestine

Publié dans #Articles

Repost 0
Commenter cet article