L'ONU demande à Israël et aux Palestiniens d'enquêter sur la guerre de Gaza.

Publié le 6 Novembre 2009

L'Assemblée générale des Nations unies a adopté, jeudi 5 novembre, une résolution demandant à Israël et aux Palestiniens d'enquêter sur les accusations de crimes de guerre contenues dans le rapport Goldstone (PDF) sur la guerre dans la bande de Gaza.

Après deux jours de débats, ce texte, non contraignant, a été voté par 114 voix contre 18 et 44 abstentions. Israël et les Etats-Unis ont voté contre, de même que plusieurs pays européens. Dès vendredi matin, Israël a rejeté la résolution, arguant par la voix du ministère des affaires étrangères qu'elle "est totalement coupée des réalités auxquelles Israël fait face sur le terrain".

Le texte s'appuie sur les conclusions du rapport sur l'intervention israélienne dans le territoire palestinien, en décembre et janvier derniers, établi par le juriste sud-africain Richard Goldstone et commandé par le conseil des droits de l'homme de l'ONU. Dans son rapport, rendu public le 15 septembre, le juriste fustige les deux parties mais réserve ses traits les plus durs à Israël. Le conflit s'est soldé par la mort de près de mille quatre cents Palestiniens et de treize Israéliens.

LONDRES ET PARIS S'ABSTIENNENT

L'adoption de cette résolution est peu susceptible de déboucher sur les enquêtes qu'elle réclame, mais elle représente un coup diplomatique pour les pays arabes, promoteurs du texte. Celui-ci appelle Israël et "la partie palestinienne", suivant l'expression utilisée par Goldstone, à ouvrir dans les trois mois des enquêtes crédibles relatives aux accusations de crimes de guerre.

Il demande, en outre, au secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, de soumettre le rapport au Conseil de sécurité et de revenir devant  l'Assemblée dans trois mois pour lui présenter l'état de mise en œuvre des recommandations "avec l'idée d'envisager d'autres actions" aux Nations unies. Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité s'opposent à l'examen du rapport par cet organe, selon des diplomates, aussi est-il peu probable que le Conseil s'en saisisse.

Les aspirations européennes à parler d'une seule voix ont pour leur part trouvé leurs limites lors de ce vote, qui a vu un éparpillement des voix des Vingt-Sept. Ainsi l'Allemagne, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie ont voté contre la résolution. L'Irlande, le Portugal, Malte, la Slovénie et Chypre l'ont adoptée. Les 13 autres Etats membres de l'UE, dont la France et la Grande-Bretagne, se sont abstenus.

 

LEMONDE.FR avec AFP | 06.11.09 | 08h09  •  Mis à jour le 06.11.09 | 08h14

Rédigé par Association Solidarité Forez Palestine

Publié dans #Articles

Repost 0
Commenter cet article