Un musée de la Tolérance au dessus d’un cimetière musulman à Jérusalem ? Difficile à croire ? Il faut l’empêcher !!!!

Publié le 9 Novembre 2008

Rejoignez la campagne

 

29 octobre, 2008

 

Pouvez-vous même imaginer la possibilité que l’Etat d’Israël et la municipalité de Jérusalem construisent un Musée de la Tolérance sur le site d’un cimetière musulman au cœur de Jérusalem ? Eh bien, c’est ce qui se produit. Nous avons essayé de le combattre au tribunal mais nous avons perdu. Imaginez ce qui se produirait si quelque part en Europe – en Allemagne ou l’Autriche, par exemple, on essayait de construire un Musée de la Tolérance au sommet de tombes juives.

La bataille légale a été perdue, maintenant nous devons passer à la bataille politique. Nous devons empêcher qu’on bâtisse ce musée sur ce site. Jérusalem ne sera jamais une ville de paix si nous permettons que cela se fasse.

Jérusalem est la ville du monde où existe un potentiel réel pour démontrer que les Juifs, les Chrétiens et les Musulmans peuvent vivre ensemble en paix en compréhension et une tolérance réelle. Jérusalem est l’endroit où nous pouvons apprendre à célébrer les diversités de nos civilisations. Si on permet de commencer la construction de ce musée sur le cimetière musulman d’une importance religieuse et historique au centre de Jérusalem, cette Ville sainte ne réalisera jamais son potentiel.

Pour la paix à Jérusalem, pour une chance de paix, de compréhension de tolérance entre Juifs, Musulmans et Chrétiens, nous devons stopper cet acte dangereux.

Nous appelons le gouvernement d’Israël et la Municipalité de Jérusalem à stopper la construction du Musée Wiesenthal de la Tolérance au nom de la sécurité publique, au nom de la protection de la réputation de l’Etat d’Israël et au nom de la sécurité des Juifs dans le monde. 

Nous appelons les habitants de Jérusalem, Juifs et Palestiniens à rejoindre notre campagne.

Nous appelons les candidats au mayorat de Jérusalem et au Conseil de la ville de Jérusalem à en parler ouvertement pendant les jours de campagne qui restent – promettez-nous de ne pas laisser construire ce Musée dans le cimetière Mamilla.

Nous appelons les Rabbins principaux d’Israël à ne pas laisser la honte du judaïsme se produire. Au nom du judaïsme, ne permettez pas qu’on construise ce musée au-dessus de tombes arabes.

Nous appelons à la fois les Israéliens et les Palestiniens à envoyer des lettres à nos Présidents, Premier Ministres et Ministres des Affaires étrangères insistant pour qu’ils arrêtent la construction de ce musée à cet endroit.

Nous appelons les Juifs de partout à écrire au Directeur Rabbin Hier du Centre Wiesenthal en insistant pour qu’il change la localisation du Musée. Nous insistons pour que les Juifs, partout, écrivent au gouvernement d’Israël pour exprimer votre objection à la construction d’un Musée de la Tolérance sur des tombes musulmanes.

Nous appelons les rabbins du monde entier à rejoindre cette campagne. Nous cherchons plusieurs rabbins qui coordonneraient l’organisation de lettres de rabbins contre la construction du Musée sur des tombes musulmanes.

Nous appelons les citoyens du monde à rejoindre cette campagne – élevez votre voix, - écrivez à vos propres gouvernements en insistant pour qu’ils exercent une pression sur le gouvernement israélien pour cesser la construction du Musée à cet endroit.

Adresses utiles et contacts

President Marvin Hier, Dean, Wiesenthal Center
Fax: ++1-310-553-4521
email: information@wiesenthal.net

President Shimon Peres
Fax: ++972-2-567-1314
email: president@president.gov.il

Prime Minister Olmert
Fax: +972-2-670-5475
email:
pmo.heb@it.pmo.gov.il

Foreign Minister Tzipi Livni
Fax: ++972-2-530-3367
email:
sar@mfa.gov.il

Mayor of Jerusalem
Fax: ++972-2-629-6014
email:
mankal@jerusalem.muni.il

Sfardi Chief Rabbi of Israel, Rabbi Shlomo Amar
Fax: ++972-2-537-1305
email:
rabbis@rabbinate.gov.il

Ashkenazi Chief Rabbi of Israel, Rabbi
Fax: ++972-2-537-7872
email:
rabbia@rabbinate.gov.il

President Mahmoud Abbas
Fax: ++972-2-240-9648

Prime Minister Salam Fayyad
Fax: ++972-2- 295-0970

Foreign Minister Riad Malki
Fax: ++970-2-240-3372  or ++972-2-240-3372
email:
mofapal@gmail.com

Ce qui suit sont certaines informations factuelles sur la question :

LA COUR SUPREME D’ISRAEL JUGE QU’UN CENTRE POUR LA DIGNITE HUMAINE –MUSEE DE LA TOLERANCE JERUSALEM PEUT ETRE CONSTRUIT SUR LE SITE DE JERUSALEM-OUEST

La Haute Cour de Justice a jugé que la construction du Musée est légale et que la construction peut continuer.  En février 2006, la Haute Cour avait issu une injonction gelant la construction. Depuis, la Cour a examiné les arguments présentés en faveur et contre la construction du Musée. La décision de la Cour met le fardeau sur les autorités musulmanes d’accepter les « offres » qui leur ont été faites par le Centre Wiesenthal de déplacer les tombes qui seraient affectées par la construction du Musée. Les autorités musulmanes ont rejeté toutes les offres et ont affirmé que le caractère sacré de tout le cimetière devait être respectée. Dans la première construction révolutionnaire initiale, on a déterré près de 300 squelettes et ils ont été « mis en boîte » par les autorités israéliennes des antiquités.

En outre, la Cour a rejeté les affirmations de certains experts (soutenus par le IPCRI (Centre Israël/Palestine pour la Recherche et l’Information)et d’autres contre la construction du Musée) en faveur de celles d’autres experts avancés par le Centre Wiesenthal, que la construction du musée n’entraînerait pas une perturbation de l’ordre public et que les Arabes et les Musulmans accepteraient la construction du Musée comme ils avaient accepté la construction du parking sur une partie du Musée au milieu des années 1960.  

http://www.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1225199598269&pagename=JPost%2FJPArticle%2FShowFull

OK pour le site du Musée de la Tolérance de Jérusalem

Oct. 29, 2008
Etgar Lefkovits , THE JERUSALEM POST

(…)

Sur le site du Centre Wiesenthal

« Tous les citoyens d’ Israël, juifs et non-juifs sont les vrais bénéficiaires de cette décision ». Rabbin Marvin Hier, fondateur et doyen du

Centre Simon Wiesenthal.

Le Centre Simon Wiesenthal a applaudit hier la décision de la Cour suprême autorisant la construction du centre pour la Dignité humaine- Musée de la Tolérance Jérusalem (MOTJ) conçu par Frank O. Gehry sur le site prévu dans le centre de la ville. « Tous les citoyens d’ Israël, juifs et non-juifs sont les vrais bénéficiaires de cette décision » a dit le Rabbin Marvin Hier, fondateur et doyen du Centre Simon Wiesenthal. « La modération et la tolérance ont prévalu. Le MOTJ sera le grand point de repère pour promouvoir les principes de respect mutuel et de responsabilité sociale ». La construction du projet sera reprise immédiatement. « Jérusalem a 3.000 ans d’âge et chaque pierre ou parcelle de terre a une histoire qui est révérée par des gens de nombreuses croyances. Nous sommes profondément engagés pour faire tout ce qui est en notre pouvoir pour respecter ce passé sacré, mais en même temps, nous devons permettre à Jérusalem d’avoir un avenir et nous sommes honorer qu’on nous ait donné l’opportunité de faire partie de cet avenir, » a conclut le Rabbin Hier.

http://www.wiesenthal.com/site/apps/nlnet/content.aspx?c=fwLYKnN8LzH&b=312458&content_id=%7BF0A2F515-5D48-4DF0-9C94-15D572857552%7D&notoc=1

Voici quelque chose d’intéressant de juillet 2007 :

Des juifs outragés par une construction sur le site du cimetière fameux de Vilnius

Par  Dinah A. Spritzer

PRAGUE (JTA) – Des Juifs de Vilnius et hors de Vilnius sont indignés que les autorités lithuaniennes aient autorisé des constructions sur des terres qu’on croit couvrir une partie du plus grand cimetière juif du pays.

Le développement des appartements du Roi Mindaugas est le second projet de construction en deux ans que les autorités ont autorisé dans le secteur, un des principaux sites immobilier de la capitale lithuanienne.

La ville en mai aurait accepté  les recommandations  d’un comité d’experts internationaux d’arrêter la construction sur le site et de mener une enquête géophysique sur le secteur contesté. Mais la construction a néanmoins continué.

« Le gouvernement se joue de nous, disant une chose et en faisant une autre, » a raconté Simon Gurevichius, le directeur exécutif de la Communauté juive de Lithuanie à JTA dans une interview téléphonique. Gurevichius a dit que le Président lithuanien Valdas Adamkus avait promis à la communauté juive qu’on ne construirait pas un deuxième bâtiment, « et entre temps les excavations continuent à une allure accélérée  là où nous savons qu’il y a des os juifs ». des estimations évaluent le nombre de ceux qui sont enterrés dans le cimetière Snipiskes à +/- 10.000 en six siècles, bien que beaucoup de corps aient été enlevés par le régime soviétique quand il contrôlait la Lituanie. Avant la seconde guerre mondiale, Vilnius était un des centres juifs européens de vie religieuse et d’éducation le plus vital. La ville a d’abord vendu une grande étendue de terres dans le centre de la ville, occupée en partie par le cimetière, à un promoteur local en 2003. Malgré les plaintes d’une communauté juive forte de 5.000 personnes, la ville a autorisé en 2005 la construction d’un complexe d’appartements. Gurevichius estime que le prix des appartements commence à $400.000.

En février, la ville a accordé un permis pour un second building après en avoir reçu la permission du ministère de la Culture, qui a le pouvoir d’arrêter des projets qui interfèrent avec des sites anciens et des ruines. Se basant sur des recherches qu’elle a commandées, la ville a affirmé que la construction actuelle ne chevauche pas sur des terres du cimetière.

Après des pressions et des interventions de voix internationales comme celle de l’ambassade US à Vilnius et du Comité juif américain, le bureau du premier ministre lithuanien a consenti à ce qu’un comité d’experts composé de dirigeants juifs, de fonctionnaires du gouvernement et de membres de l’Institut historique tente de résoudre la dispute sur les frontières.

L’Institut historique lithuanien dirigé par l’état a déclaré en mai que le secteur en question de la  construction  empiète sur les limites du cimetière, mais ses recommandations de stopper la construction ont été ignorées. Dans une pagaille bureaucratique apparente que Gurevichius attribue à de la mauvaise volonté, les autorités de la ville et de l’état prétendent qu’elles ne suivent pas le document de l’institut à cause de l’absence des signatures nécessaires.

Ina Irens, cheffe du département des relations internationales du gouvernement municipal de Vilnius, a écrit par email à JTA que la ville était consciente de la controverse concernant les limites du cimetière et attendait encore l’expertise de l’Institut lithuanien d’histoire et le document final du panel d’experts. Le document en question a été signé par le directeur de l’institut, a dit Gurevichius, mais sur une des copies manque la signature des deux chercheurs qui l’ont aidé. Maintenant, il s’inquiète que dans quelques mois le building à appartements sera terminé et que la ville dira,  « Maintenant il est là, cela coûterait trop cher de le démolir, » a dit Gurevichius. Andrew Baker, le directeur des relations internationales pour le Comité juif américain, a dit que le groupe d’experts de 10 membres – dont la moitié de Lithuaniens – avait recommandé à l’unanimité d’arrêter la construction jusqu’à ce que de nouvelles recherches soient entreprises. Baker a dit aux autorités lithuaniennes, y compris le Ministre des Affaires étrangères que « ceci est une réponse inacceptable et le gouvernement pouvait sûrement faire davantage. Il est difficile de conclure que le gouvernement n’ait pas agi de mauvaise foi »

Pendant que les disputes continuent à Vilnius, le Comité pour la Protection des cimetières juifs en Europe, situé à Londres, est convaincu que la construction du building qui continue, d’après ses propres recherches à Vilnius, perturbe les morts ce qui est une violation de la loi juive.

Le Comité des cimetières, la Conférence des rabbins européens et quelque 100 Juifs religieux ont tenu une vigie de prières devant la Commission européenne à Bruxelles, la semaine dernière, pour protester contre la construction. Abraham Ginsberg, le directeur exécutif du Comité des cimetières, a dit : « Nous manifesterons devant les ambassades lithuaniennes dans toute l’Europe, et des hommes à chapeau noir et longue barbe se coucheront sur le site, si on n’arrête pas la construction. »

 

  Gershon Baskin and Hanna Sinoira    -    Co-CEOs, IPCRI

gershon@ipcri.org      hanna@ipcri.org

http://www.ipcri.org

 

Contribuez à cette campagne

Faites vos dons en ligne

http://www.ipcri.org/donate.html

ou envoyez un chèque au :

Centre Israël/Palestine pour la recherche et l’information

P.O. Box 9321, Jerusalem 91092

Tel: +972-2-676-9460   Fax: +972-2-676-8011

Rédigé par Association Solidarité Forez Palestine

Publié dans #Articles

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article