De retour en Palestine sous haute tension

Publié le 19 Octobre 2015

De retour en Palestine sous haute tension

http://chroniquespalestine.blogspot.fr/2015/10/back-to-palestine-and-its-no-pretty-de.html

La nuit dernière, je n’arrivais pas à dormir. Je repassais dans ma tête les images horribles de cet enfant palestinien plus tard identifié comme Ahmed Saleh Manasra, 13 ans, gisant dans une mare de sang, agonisant tout en étant insulté par des israéliens. Celui qui tournait la video a dit à cet enfant: “meurs, fils de pute, fils de la plus grande putain!", et a ajouté en s’adressant aux policiers israéliens. ”Faites lui une faveur, et tirez lui dans la tête!"

(voir le rapport de PCHR ici).

Ahmed était dans un tel de torpeur et de douleur, et a été laissé seul face à la mort tandis qu'un officier israélien lui a donné des coups de pied à deux reprises. Aucune ambulance n’est venue rapidement pour l'évacuer. Apparemment, il a été poursuivi par une voiture de police israélienne qui lui est rentré dedans. La vue de cet enfant, agonisant dans son sang, et entouré par une foule qui s’en réjouit est à la fois atroce et terrifiante.

La police israélienne a affirmé qu’avec son cousin de 15 ans, Hassan, ils ont poignardé un enfant israélien à vélo et ont blessé un autre israélienne, mais meme si c’est vrai, il est quand meme incroyable que son traitement n’ait pas provoqué l'indignation internationale. Se pose-t-on la question de comment un enfant, s’il s’est avéré qu’il a bien attaqué un autre enfant israélien, en est arrivé là? Hassan lui a été abattu sur le champ.

La vidéo horrible est devenue virale sur internet, mais n'a pas été repris par les médias traditionnels - il y a bien sur sa nature graphique, mais les medias auraient pu choisir de la passer en utilisant des méthodes de flouage, et de garder la bande sonore de la haine qui se répand en Israël, et a atteint un niveau sans précédent et terrifiant. Il y a une mentalité grandissante de lynchage et de haine en Israël, et maintenant tout le monde est encouragé à porter une arme. Les exécutions extra-judiciaires sont devenus la norme. «Mort aux Arabes» est chanté les nuits par des foules à Jérusalem qui cherchent des Palestiniens à tabasser. Mais cela n’est apparemment pas assez intéressant pour les médias. Qui ose parler aujourd'hui de la radicalisation de la société israélienne?

De retour en Palestine sous haute tension

Je suis arrivée il y a quelques jours au milieu de fortes tensions.

Dès que je suis arrivée à Jérusalem samedi, je suis tombée sur le site d'une attaque, un jeune Palestinien- Ishaq Badran, 16 ans, de Kafr Aqab, venait d’être abattu par la police israélienne après avoir effectué une attaque présumée au couteau . J’avais encore ma valise que j’ai laissée à des Palestiniens pour prendre mes premiere photos de ce nouveau chapitre en Palestine. Les membres de la police israélienne étaient nerveux et nous criaient dessus. Voilà, je pensais mettre une belle photo d'une assiette de falafel et de humous pour annoncer que je suis de retour, et à la place; voici une photo d'un adolescent palestinien mort.

J’ai continué mon chemin au camp Aida. La famille avec qui je vais rester est encore traumatisée par l'assassinat d’Abed al-Rahman Shadi Obeidallahe, agé de seulement 13 ans, tué il y a seulement quelques jours,

Il a été abattu, encore vêtu de son uniforme scolaire près du coeur, par les forces israéliennes lors d'affrontements dans le camp de réfugiés. Le garçon de la famille qui m’accueille était son camarade de classe. «Nous avons beaucoup pleuré», m'a dit sa mère. «Les enfants n’ont pas le coeur à étudier», ajoute-elle. Pas étonnant. L'aîné de la famille, 16 ans, est triste et ne parvient pas à dormir à cause de la situation. Elle avait l'habitude de sourire beaucoup, maintenant le sourire a disparu.

Partout, de la douleur et de la colère . Des décennies de l'occupation militaire et la colonisation ont affecté tous les Palestiniens, leur rendant la vie misérable. Que peut-on encore espérer lorsque toutes les négociations n’ont abouti à rien, sinon d'être privés de plus de droits et de terres? Comment les enfants peuvent-ils reagir face aux images des enfants palestiniens tués à Gaza (plus de 500) l’année dernière en toute impunité ?

Qu'attendez-vous des Palestiniens? Qu’ils restent assis et qu’ils attendent patiemment tout en regardant leurs terres confisquées et leurs proches se faire massacrés, arrêtés, et humiliés?

Rappel: la cause première de toutes les violences est l'occupation et la colonisation. Ce sont la cause profonde de la violence.

La seule manière de cesser le bain de sang est d’en finir avec l’occupation.

De retour en Palestine sous haute tension

Les médias traditionnels ont rejoint se contentent de présenter la situation comme un «cycle de la violence», une nouvelle vague de terreur avec comme sous-titres que la violence exercée par les Palestiniens - le peuple occupé - est égale à celle utilisée par des décennies par la puissance occupante et coloniale- les Israéliens. Ce n’est pas equivalent, il faut mettre dans l'équation la répression brutale menée par l'Etat d'Israël contre les Palestiniens depuis sa création, et le déni de leurs droits les plus élémentaires.

Aussi les médias sont prompts à présenter la version officielle israélienne des attaques, comme une vérité inébranlable tandis que dans certains cas il est apparu qu'il était peu probable que les Palestiniens avaient une arme sur eux et même si c’était le cas pour certains, ils auraient pu être neutralisé sans les abattre. Regardez la vidéo de la jeune femme palestinienne sur laquelle des policiers israéliens ont tiré à bout portant à Afula. Ils ont dit qu'elle portait un couteau, mais sur une autre vidéo qui a été publiée il semble qu'elle tenait ses lunettes. Les lunettes sont vus près d'elle, alors qu’elle est à terre, et quelqu’un les envoie au loin.

Même si vous doutez de dernière vidéo qui montre les lunettes et qu'en effet elle avait un couteau, elle aurait facilement pu être arrêtée sans qu'on lui tire dessus plusieurs balles.

Voir les deux clips ici:

http://www.jonathan-cook.net/blog/2015-10-09/video-israelis-shoot-motionless-arab-woman/

La tension est très palpable. Je demandai un chauffeur de taxi si il voulait une Intifada. Il m’a répondu un retentissant oui -. Oui on en a marre! C'en est assez! Je lui ai demandé aussi ce qu'ils pensait aussi de l'Autorité palestinienne .
Il a répondu: « Aussi assez ! Ils aident seulement les Israéliens !

Je suis allée de nouveau à Jérusalem hier, et je me suis vite retrouvée dans un taxi en suivant les voitures de la police israélienne. Quelque chose était arrivé. C’était une autre attaque. Une adolescente palestinienne identifiée plus tard comme Marah al-Bakri, âgée de 17 ans, avait été blessée par plusieurs balles. Il a été allégué également qu'elle a attaqué un Israélien. Un camarade de classe interviewé par Shehab News Agency a expliqué qu'elle était entourée par les différents membres de la police et a entendu au moins 10 coups de feu. Les forces israéliennes qui prétendent être parmi les meilleurs ne pouvaient pas arrêter une jeune de 17 ans sans tirer plusieurs coups de feu?

(voir une version très différente de la police par l'organisation PCHR ici):

Pourquoi autant de fusillades maintenant? C’est parce qu'il y a eu un veritable ‘permis de tuer’ délivré par le gouvernement israélien de Netanyahou qui a poussé et obtenu de nouvelles consignes de tir, qui permettent essentiellement à la police israélienne à tirer chaque fois qu'ils soupçonnent une attaque. Autrement dit- n’importe quand.

Les chiffres sont frappants. Depuis le 1er Octobre, 27 Palestiniens ont été tués, parmi eux 10 enfants, tandis que 7 Israéliens ont été tués dans la même période. Plus de 1.300 Palestiniens ont été blessés, beaucoup avec des balles réelles.

Hier, je couvrais les affrontements qui se déroulent près de Bet El, un camp militaire près de Ramallah. Quelques 200 Palestiniens, essentiellement des jeunes, étaient là, peut-être 50 étaient actifs à lancer des pierres sur des soldats israéliens qui les visaient avec leurs armes sophistiquées, protégés derriere leurs équipements de robocop . Il n'y eu aucune blessure grave cette fois, mais cela pourrait arriver, d'une minute à l’autre, à n’importe quelle personne présente. Il y a quelques jours, une chercheuse pour Human Rights Watch, a été blessée par balle à la même place, en dépit d'être clairement marquée «Presse».

À un moment donné, deux jeeps militaires israéliennes ont décidé d'aller plus loin et ont contourné les Shebabs (jeunes Palestiniens), pour des raisons qui ne sont pas claires. Certains Palestiniens ont couru après la jeep et lui ont jetée un cocktail molotov. Le haut le la jeep s’en enflammé, ce qui à pousser les soldats israéliens à se retirer rapidement. Cela a été suivi par des acclamations de la foule. Un sentiment de fierté était palpable.

De retour en Palestine sous haute tension

L'humiliation des Palestiniens par leurs occupants dure depuis des décennies, et est très bien comprise et ressentie par ces jeunes. Cette génération de jeunes, qui est moins dépendante des lignes de partis habituelles et de l'Autorité palestinienne, n’en veulent plus et pourquoi devraient-ils s'y plier? Qu’ont-ils à perdre, alors que le futur que les Israéliens et la communauté internationale leur trace ne leur appartient pas? Le chemin de la révolte, meme difficile, sera au mien le leur.

Alors que j’ écris ces lignes j’entends beaucoup de sirènes et les bruits sourds des grenades lacrymogènes lancés par les soldats. Probablement plus de jeunes palestiniens sont blessés dans les affrontements devant le Mur qui longe le camp de réfugiés de Aida.

UPDATE: Alors que je tentais de télécharger le poste, on m'a annoncé qu'il y avait un Palestinien qui avait été tué lors de la manifestation à Bethléem. Je reviens tout juste de l'hôpital pour assister à une scène si familière. Des Palestiniens défilent devant un corps pour un dernier au revoir. Il avait 27 ans, était du camp de Deheishe. Son nom était Mutaz Ibrahim Zawahreh.

Rédigé par Association Solidarité Forez Palestine

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article