« Je pense si souvent à la façon dont je vais mourir »

Publié le 16 Juillet 2014

« Je pense si souvent à la façon dont je vais mourir »

Par Ayman Qwaider le 12 juillet 2014 - 18h07

http://www.foulexpress.com/2014/07/live-de-gaza-je-pense-si-souvent-a-la-facon-dont-je-vais-mourir/

Les habitants de Gaza, près de deux millions dont une majorité de femmes, d’enfants et de personnes âgées, sont toujours sous le feu de bombardements sans précédent en provenance de l’armée israélienne d’occupation. Aujourd’hui encore depuis les premières heures de la matinée, les avions de chasse israéliens (F16) ainsi que des drones armés poursuivent les bombardements sur des zones résidentielles situées dans la Bande de Gaza. Il a maintenant été rapporté que l’armée israélienne a arrêté de prévenir les civils avant de détruire leurs maisons qui représentaient leur unique abri et source de sécurité.

Au cours des dernières 72 heures, plus de 106 habitations ont été la cible de ces bombardements. Les drones armés israéliens ont lancés des « roquettes d’avertissement » sur des maisons suivies dix minutes plus tard par un raid de F16 chargé de compléter la mission en détruisant entièrement ces habitations. La Bande de Gaza est une zone à forte densité de population où résident 1,5 millions de personnes sur 360 km². Le nombre de victimes est donc immédiatement signalé lorsqu’un tir de roquette atteint une construction civile. A chaque tir, la destruction ne se limite pas aux maisons ciblées mais s’étend aussi aux habitations voisines. Ces soi-disant roquettes d’avertissement tirées par les drones sont des armes qui tuent et mutilent les civils.

D’après les ressources médicales à Gaza, les palestiniens qui ont perdu la vie dans la Bande de Gaza se comptent désormais à 121 depuis que l’armée israélienne a commencé son assaut mardi matin. 22 enfants et 13 femmes ont été tués, 85 femmes souffrent de leurs blessures. Le nombre total de blessés a atteint plus de 600, la majorité étant, encore une fois, des enfants et des femmes.

La plus jeune victime est le petit Mohammed Malakiyeh âgé de 18 mois, il a été tué en même temps que sa mère de 27 ans. Quant à la victime la plus âgée, il s’agit de Naifeh Farjallah qui a perdu la vie à 80 ans à la suite d’un raid aérien sur la ville de Moghraqa, au sud-ouest de Gaza.

L’attaque actuelle sur Gaza a gravement affecté la santé mentale des jeunes palestiniens. Les explosions bruyantes des tirs d’avions militaires israéliens ont créé une panique intense, de l’angoisse ainsi que du stress chez les jeunes enfants qui n’avaient pas encore récupéré depuis le traumatisme résultant des vagues précédentes de bombardements.

Mon ami Mar’i Bashir, père de Ghadi, 2 ans, habite un quartier situé au centre de la Bande de Gaza. Mar’i m’a décrit le traumatisme complexe dont souffre son fils suite aux bombardements réguliers des avions israéliens sur les quartiers voisins et qui n’ont toujours pas cessé à ce jour. En raison de son jeune âge, Ghadi peut à peine parler mais dès qu’une bombe explose dans les alentours, il prononce spontanément les mots « Baba, Ofaa Tayara » qui veut dire « Papa, feu, avion ! ».

Mar’i m’a alors expliqué combien il était difficile pour un père d’assurer la sécurité de sa famille dans ces conditions extrêmes.

Pour conclure notre conversation sur Skype, Mar’i m’a confié :

« Je suis pris par un sentiment terriblement étrange lorsque je pense si souvent à la façon dont je vais mourir. »

Rédigé par Association Solidarité Forez Palestine

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article