Au moins 170 Palestiniens blessés dans des affrontements à Jérusalem-Est.

Publié le 4 Juillet 2014

Au moins 170 Palestiniens blessés dans des affrontements à Jérusalem-Est.

http://www.ism-france.org/temoignages/Au-moins-170-Palestiniens-blesses-dans-des-affrontements-a-Jerusalem-Est-article-18979

Par Maan News

Mercredi 2 juillet, plus de 170 Palestiniens ont été blessés dans des affrontements avec les forces israéliennes à Jérusalem-Est occupée, suite au kidnapping et à l'assassinat d'un jeune Palestinien de 16 ans, originaire du quartier de Shufat, selon des sources médicales. Les médecins du Croissant Rouge ont confirmé que plus de 170 Palestiniens ont été blessés durant les heurts, dont 3 personnes par des balles réelles. Au moins 35 personnes ont été blessées par des balles caoutchouc-acier, dont 6 journalistes, et 3 personnes souffrent de fractures après avoir été attaquées par des officiers de la police israélienne.

Kristine Rinawi, reporter à Palestine TV ainsi que les caméramen Ali Yasin et Ahmad Gharabla comptent parmi les blessés. Rajih al-Hawarin, un infirmier du Croissant Rouge, a déclaré à Ma'an que les soldats ont tiré des grenades de gaz lacrymogènes, des balles caoutchouc-acier, des grenades assourdissantes et tiré à balles réelles sur les manifestants.

Les affrontements ont éclaté assez tôt mercredi, quand les Palestiniens sont descendus dans la rue pour protester contre le kidnapping et la mort de Muhammad Abu Khdeir âgé de 16 ans. Des témoins oculaires ont déclaré à l'AFP que le jeune Muhammad a été vu embarqué de force dans un véhicule par trois jeunes Israéliens, à Jérusalem-Est. Peu après l'aube, des foules de Palestiniens en colère ont commencé à se rassembler devant le domicile de l'adolescent à Shufat, et les heurts ont débuté vers 8 heures du matin. Des nuages de fumée noire montaient dans le ciel estival tandis que des centaines de jeunes Palestiniens masqués faisaient face aux forces de police et leurs équipements anti-émeutes. Le porte-parole de la police israélienne a twitté : « Des forces de police supplémentaires ont été déployées dans Jérusalem pour parer aux incidents se déroulant dans le quartier de Beit Hanina. Une station de tramway a été endommagée par les émeutiers.

Alors que les affrontements faisaient rage dans Shufat, dont les rues étaient jonchées de pneus en flammes et de barricades de bric et de broc, le seul endroit de calme était le domicile de la famille, a rapporté un correspondant de l'AFP. Portant un foulard bleu, la maman du jeune disparu, Suha Abu Khdeir âgée d'une quarantaine d'années, était assise, silencieuse et hébétée, éclatant parfois en lourds sanglots, dans une pièce pleine de membres de la famille et de connaissances.

Ansam Abu Khdeir, un des cousins de l'adolescent a indiqué que des témoins ont noté le numéro de la plaque minéralogique et que la police était en train d'examiner les enregistrements de vidéosurveillance.

« Nous avons appris l'enlèvement de Muhammad par 3 Israéliens juste avant les prières de l'aube. Un témoin les a vus et a noté la plaque » a-t-il déclaré à l'AFP.

Des tests ADN ont confirmé que le corps était bien celui de l'adolescent disparu, a dit son père. Hussein Abu Khdeir a déclaré à l'AFP : « Le corps est bien celui de mon fils, ce qui a été prouvé par des analyses ADN, mais les causes de la mort ne sont pas encore connues. » La police israélienne a convoqué le père d'Abu Khdeir plus tôt dans la journée pour l'interroger dans les locaux du Russian Compound situés à Jérusalem-Est, ont indiqué des amis de la famille.

La famille rejette les allégations selon lesquelles l'adolescent aurait pu être tué lors d'un différend familial, évoquant les témoins de l'enlèvement qui ont tenté d'intervenir, mais qui n'ont pu empêcher les suspects de quitter les lieux avec Abu Khdeir.

Les familles des 3 adolescents israéliens récemment assassinés ont publié une déclaration condamnant l'incident, qui dit que « Si le jeune Arabe a été assassiné pour des motifs nationalistes, alors il s'agit d'un acte horrible et effrayant. Il n'y a pas de différence entre le sang arabe et le sang juif. Un meurtre est un meurtre. Et il n'y a pas de pardon ou de justification pour une meurtre quel qu'il soit. »

D'autres incidents ont été signalés. Dans le village d'Aqaba, situé près de Naplouse en Cisjordanie occupée, des extrémistes juifs sont soupçonnés d'avoir mis feu au rez-de-chaussée d'une maison palestinienne, de source policière. Des graffitis en hébreu sur les murs de la maison disaient : « revanche des Juifs » et « Mohammed est mort » en référence au Prophète musulman.

L'AFP a contribué à cet article.

Source : Maan News

Traduction : CR pour ISM

Rédigé par Association Solidarité Forez Palestine

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article